l'Atelier photographique


Ludovic KOUMBA

tel: 242-533 11 24
labo Kodak express
BP 5050 - Pointe Noire
koumba_ludovic@yahoo.fr


Photographe à Pointe Noire.

Né le 30 avril 1967 à Divenié.

Je suis arrivé dans la photographie après mes études à la faculté de sciences économiques. Ne trouvant pas ce que je voulais, j'ai pensé faire
la photographie pour que je me prenne en charge moi-même. La maison Bissengo Color m'ayant accepté en juin 1996, j'ai commencé au studio.
Nous avions des laboratoires et studios à Brazzaville et Pointe Noire. J'ai commencé à toucher à l'appareil photo après un mois. À la fin du deuxième mois, les problèmes de netteté et d'encadrement étaient résolus. Je ne tenais pas compte de ce que les gens racontaient sur moi. Seul mon travail les avait tu. Ayant gagné la confiance de M. Raymond, le patron, je devenais titulaire au studio.
C'est en 1996 que j'ai fait mon premier reportage, à l'université chrétienne de Kinshasa. Au retour, ma vision avait changée : je devais devenir un grand photographe pour faire de grands reportages.
La guerre du 5 juin 1997 me chamboule de Brazzaville. Je me réfugie à Pointe Noire. J'avais un appareil photo, j'ai commencé à travailler pour moi, c'était de la photographie de survie. En 1998, un ami me parle d'exposition photographique ; c'est ce jour que j'ai su que l'on pouvait exposer des images et les vendre. Comment y parvenir, qui contacter, qui peut financer ? À ces questions, je n'avais pas de réponse, jusqu'en 2003, quand le CCF de Pointe Noire me retient pour participer aux ateliers qu'organisait l'union européenne.
Au lendemain de ces stages, ma vision photographique avait changée et le rêve de devenir photographe d'art naissait en moi. La photographie est le seul moyen que j'aie pour exprimer mes sentiments, mes émotions et mes désirs. C'est pourquoi, avant de photographier, je réalise d'abord l'image dans ma tête tout en la composant, puis j'utilise l'appareil pour l'écriture.

De même que l'écrivain utilise sa plume pour raconter une histoire, le photographe utilise son appareil pour raconter aussi une histoire. Ce qui m'intéresse le plus, ce sont les comportements, les humeurs et les rapports des gens entre eux. J'ai plus travaillé dans la parcelle où je vis, surtout dans ma maison. Aussi dans la rue Ponténégrine. J'ai voulu montrer les occupations quotidiennes des femmes et enfants ainsi que mon milieu familial. J'ai travaillé à toutes les heures de la journée, parfois même la nuit, avec mon 50 mm. Bien que mon thème était le portrait, les scènes de rue et le marché ne m'ont pas laissé indifférent : les rapports entre les hommes, les échanges et les comportements retenaient mon attention. Mais ce qui m'attirait le plus, c'était la lumière, et avec elle, je parvenais à composer mes images.
62 en Noir & Blanc
et Couleur.

affichage + léger


Sommaire Brazzaville-Pointe Noire
Sommaire des projets