l'Atelier photographique


André Désiré "Kinzenguele" LOUTSONO

27, rue Mampouya
Moukondo
Brazzaville

tel: 242-667 83 70
kinzenguele@yahoo.fr


Photographe à Brazzaville.

Né le 07 juillet 1963 à Brazzaville.
Titulaire d'un BAC D et d'un DEUG en économie.

Je suis arrivé à la photographie par le concours de
mon frère Félix, un jour, il m'apporte un appareil
compact 126 qu'il venait d'acheter au marché de
Moungali chez un marchand ambulant et me l'offre
pour m'encourager parce que je venais de satisfaire
à mon examen scolaire de passage. L'année suivante
je commençais à photographier mes collègues
à l'école et ma petite famille sans aucun but
précis. J'envoyais les films en Europe pour le traitement,
au retour on me renvoyait des films vierges
et cela me permettait de refaire de nouvelles
prises de vues et les amis achetaient bien leurs
images. Pendant les fêtes de nouvel an, j'avais fait
une petite fortune et j'ai acheté un nouvel appareil
de marque zénith chez mon professeur, coopérant
russe.
Je m'étais fait un petit nom dans le quartier
parce que mes photos contenaient trois images ;
traitées chez Trifca en France, une carte de format
9 x 13 et deux petites cartes de moyen format.

Je lançais une autre commande pour du nouveau
matériel de marque japonaise à Paris par le
concours d'une femme postière à Brazzaville, pour
échapper aux bureaux de douanes.

Après quelques années, je suis arrivé à la photographie
de spectacle, sur les conseils du comédien
Nicolas BISSI. Dans la ville capitale du Congo,
tous les artistes de cette époque sont passés devant
l’objectif de mon nouveau matériel pour se faire
des souvenirs des grands jours de spectacles,
comme en témoignent les quelques rares archives
restées après les guerres qu’a connues mon pays.
Suite à de nombreuses critiques d'homme de culture,
j'ai commencé à me documenter et pour me
parfaire, je suis allé apprendre les rudiments
de la photographie auprès de mon oncle Edouard
BIANTOUMA qui venait d'être embauché au service
de l'audiovisuel à l'INRAP en qualité de photographe.

À partir de ces jours, le métier de photographe
devenait ma passion. J'ai participé aux
trois stages organisés par l'Union Européenne
en collaboration avec Nouvel'Art et les CCF
de Brazzaville et Pointe-Noire.

Dans mon travail, j’ai choisi comme thème central
" les conditions de vie ". Pour rendre visible ma
réflexion, j’ai approfondi mes recherches sur la
composition, la lumière, la profondeur, les lignes,
les formes…J’ai compris qu’il me fallait produire
un travail d’auteur. Je n’avais pas encore d’unicité
dans mon travail, utilisant beaucoup trop de focales
différentes. J’étais souvent dans l’intimité avec
les sujets que je photographiais, l’enfant et la rue,
les pharmacies de rue, les conditions d’étude.
Pour ce dernier sujet, je suis allé dans les familles,
j’ai fait un travail particulier sur les lumières,
il m’a fallu capter les instants ou les élèves
étudient leurs leçons à la bougie, à la lampe-tempête
aux lampes artisanales qui dégagent beaucoup
de fumées nocives.
J’ai eu à faire des mises en scènes pour retracer,
là, ce que j’avais aperçu dans
une famille sans avoir la possibilité de filmer.
Pour les pharmacies de rue, j’ai travaillé dans le
même esprit, il fallait être avec ces marchands,
parfois discuter avant de pouvoir faire une image.
J’ai essayé de m’expliquer, de les convaincre de ce
qu’ils font dans la société. Avec les enfants de la
rue, j’ai essayé de dégager le danger qui les guette
à errer. Comme ils aimaient à êtres photographiés,
j’ai eu le temps de composer mes images, avec une
courte focale à petite ouverture, pour obtenir une
grande profondeur de champ pour qu’entre les éléments
intéressants de l’arrière-plan.
J’ai aussi tenté une expérience pour représenter
la femme, soit par des " bouts de corps ", des portraits,
en posant le regard sur l’intimité de leur
foyer.
À côté de tout cela, je suis resté sensible
à tout ce que je rencontrais, avec le même effort
de rigueur pour rendre visible ce que je captais,
les problèmes de rareté de l’eau et sa vente en
sachet, l’insalubrité.
Tout mon travail relate visuellement
des instants forts sur la vie dans mon pays.
61 en Noir & Blanc
et Couleur.

affichage + léger


Sommaire Brazzaville-Pointe Noire
Sommaire des projets