l'Atelier photographique

Esthétique et rapport au monde



L'EAU DU VOLCAN

LE RÉCIT -"Assez de lamentos! Osons plus
avant. Descendons le récit dans notre présent, poussons-
le dans demain ! Creusons dans les souffrances
que voici, pour prévenir celles qui vont paraître. "
J'en suis d'accord. Oh ! oui d'accord. Mais prenons
garde que notre récit s'embarrasse peut-être de ce fil
qui a, pour nous, été tissé. Ne mordons pas à cette
ligne. Les récits du monde courent en ronde, ils ne
suivent pas la ligne, ils sont impertinents de tant de
souffles, dont la source est insoupçonnée. Ils dévalent
en tous sens. Tournez avec eux!
Quant à nous, on nous apprit à raconter : une histoire.
À consentir à l'Histoire. À nous dorer de l'éclat de
son style, que nous croyons le nôtre. On nous a mis le
fil. Mais le conte ne raconte pas une histoire, le conte
ne fait pas compte des misères, le conte déboule à la
source cachée des oppressions, et il jubile dans des
bonheurs inconnus, peut-être obscurs.
Nos récits sont s'il se trouve de longues respirations
sans début ni fin, où les temps s'enroulent. Les
temps diffractés. Nos récits sont des mélopées, et des
traités de joyeux parler, et des cartes de géographie,
et de plaisantes prophéties, qui n'ont pas souci d'être
vérifiées.

M.B., Traité, Livre II.

Edouard Glissant
Tout monde

Présentation et actions dévelloppées :


Sommaire du Site